Can Tho

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Le sud du Vietnam est une immense plaine dans laquelle s’étire paresseusement le Mékong, partagé en 9 bras principaux auxquels s’ajoute une infinité d’affluents plus petits et de canaux. Cette région fertile est le grenier à riz du pays, c’est donc une région assez riche, au moins pour l’économie. Tout se joue ici sur l’eau et dans l’eau : de la pêche au commerce en passant par la culture et les déplacements.

Can Tho est la plus grande ville de la province du même nom, c’est le centre économique, administratif et universitaire de la région. C’est aussi l’une des premières villes a être passée du collectivisme au socialisme de marché. Malgré sa taille, la circulation n’y est pas trop oppressante grâce à de larges avenues aérées et dans les rues plus petites, les trottoirs restent relativement accessibles. Il faut quand même faire très attention en traversant (cf la règle : le piéton n’est jamais prioritaire) et faire un détour quand on croise un atelier de mécanique sur le trottoir.

Au bord d’un bras du Mékong où elle a son port, la ville est traversée par la rivière Can Tho. Toutes ces conditions en font une bonne base pour partir à la découverte du delta. Nous nous y sommes donc posés un peu et avons bien apprécié dès le premier jour la promenade au bord de la rivière, promenade qui conduit a une superbe passerelle piétonne pour aller sur l’autre berge d’un autre affluent.

En passant devant une grande librairie moderne, on y entrait et on avait l’impression d’être dans une bibliothèque car des jeunes bouquinaient un peu partout dans les rayons. On exerçait semble-t-il une certaine fascination sur eux car certains nous suivaient dans tous les rayons, hésitant à venir nous parler, faisant des paris sur notre origine et parfois se lançaient dans un anglais laborieux qu’on ne comprenait que difficilement mais on échangeait un peu. Quant aux plus petits, partout, ils nous lançaient avec un grand sourire et un petit signe de la main un « Hello » joyeux comme pour nous montrer qu’ils apprenaient l’anglais. Le dernier soir, un dimanche, sur la promenade du bord de la rivière, un groupe d’étudiants brandissait un panneau encourageant les touristes de passage à leur demander quelque chose. L’idée pour eux était de mettre en pratique l’anglais qu’ils apprenaient à l’école. On a commencé par leur demander où on pourrait trouver un jeu de cartes et finalement on a réussi à échanger un peu (leur anglais n’étant pas forcément meilleur que le nôtre) pendant une dizaine de minutes. L’un d’entre eux suivait même une option de français et se débrouillait pas mal mais les étudiants de cette langue étant si rares qu’il devait suivre ses cours en ligne. Pour le jeu de cartes, ils nous ont expliqué qu’il était difficile d’en trouvercar les jeux d’argent sont interdits alors, de peur d’être suspecté, les gens n’y jouent pas.

Le soir, à partir de 18h il régnait dans tous les endroits public une ambiance bon enfant qu’on adore aller partager :Les gens se retrouvent pour jouer, pour pratiquer du sport,comme ces jeunes qui nous faisaient une démonstration de leur dextérité avec leur nunchaku, ou simplement s’asseoir et bavarder. L’oncle Ho, du haut de sa statue surveille tout ce petit monde avec bienveillance en prenant Claire sous sa protection.

Sur l’eau ou dans les rues, c’est aussi partout le commerce : sur les bateaux, dans les boutiques, sur les marchés et même dans des camions qui restent stationnés le long des avenues.

Pour notre dernier jour ici, nous avons eu nos premières pluies de mousson. C’était dimanche, les rues bien moins animée que d’ordinaire et Ho Chi Minh, toujours impassible à sa place.

Commenter cet article

Annie Brulé 23/03/2017 08:51

Entre actions Pmaif, Aquarelle dans une classe de CE1 que j'accompagne bientôt à la Jumenterie, jardinage, petites virées vélo (pas de mousson mais du vent, toujours du vent!!!), je lis avec délice et intérêt l'écho de chacune de vos étapes. Merci de nous faire partager tout cela. Bises à vous deux

geraldine 22/03/2017 20:40

comment Claire tu n'as pas trouvé de vietnamiens hispanophones ? la photo de Gilles pêchant est tres reussie ! biz

Lucette 22/03/2017 10:47

Gianni ne parle pas un mot d'anglais et ... pour l'anecdote : l'anglais vietnamisé a fait qu'à un resto où on lui disait avec déférence excuse me, lui, il a compris kiss me et ... de me demander ce que voulait dire kiss me en anglais ! traduction illico mais pas de chance, le serveur était un homme ! ..... many kiss for you and good travel