Si on faisait un bilan ?

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Laos ? Cambodge ? Vietnam ? Si on nous demandait ce qu’on a préféré, on serait bien embarrassé pour répondre. D’une part parce que nous n’avons passé qu’une semaine au Laos et une au Cambodge contre quatre au Vietnam et d’autre part, on n’a fait que le nord du Laos, Luang Prabang et ses environs et seulement Angkor et Phnom Penh pour le Cambodge contre 6 endroits fort différents les uns des autres au Vietnam. Alors évidemment, on a été émerveillé à Angkor mais aussi par la baie d’Ha Long terrestre, plus que la baie maritime, on a vécu de délicieux moments dans le delta du Mékong mais aussi, fort différemment, au milieu des ethnies minoritaires au nord du Vietnam tout comme au nord du Laos, fort proche. Dans le centre du Vietnam, on a passé quelques jours de douceur dans la petite ville d’Hoi An au sud de Da Nang qu’on n’a pas aimé plus que ça tout comme Huê dont la citadelle ne nous a pas marqués alors que les alentours avec les tombeaux des empereurs sont jolis comme tout. Malgré une circulation trépidante et les travaux pour le futur métro, on est tombé sous le charme de Ho Chi Minh Ville (Saïgon) où la modernité côtoie les restes coloniaux mais l’autre grande ville, Hanoï ne nous a pas emballés tant que ça.

Dans les 3 pays les asiatiques sont adorables, disposés à rendre service parfois avec un peu trop d’obséquiosité. Les vietnamiens montrent parfois une logique et un fonctionnement qu’on ne comprend pas bien et la barrière de la langue nuit souvent à la compréhension mutuelle (quasiment aucun ne parle français et même ceux qui sont en rapport avec le tourisme parlent fort mal l’anglais … souvent moins bien que nous, c’est dire). Ils ont parfois des attitudes autoritaires et sans-gêne qui peuvent nous choquer un peu mais c’est leur mode relationnel et tout reste toujours dans le respect de l’autre et la gentillesse.

Pour se déplacer à l’intérieur du pays, c’est à la fois simple et compliqué. Simple parce qu’on peut réserver des billets de bus, de train ou de bateau directement à la réception des hôtels et même souvent y louer un scooter ou un vélo mais compliqué aussi pour obtenir des horaires et des lieux où retirer les billets et il faut prévoir beaucoup de temps sur route à cause des limitations et de la circulation d’enfer ou sur rail à cause de la lenteur des trains. Louer un deux-roues dans les grandes villes relève un peu de l’inconscience ou alors il faut se calquer sur leur mode de conduite : au culot. Par contre j’y ai appris à charger convenablement ma moto ou mon scooter sur leurs modèles.

Quant à la nourriture, c’est bien entendu une affaire de goûts mais nous, on a adoré leurs diversités et saveurs. On trouve même ma boisson anisée préférée mais un peu chère quand même ce qui fait que je me suis rabattu sur le café fort bon avec un arrière-goût chocolaté. Les jus de fruits, par contre ne sont pas fameux, nettement moins bons qu’en Colombie et on n’a trouvé qu’un seul vin blanc ou rouge, celui de Dalat qui, paraît-il, n’est plus composé avec du raisin de cette terre pas assez calcaire pour donner un bon raisin.

Voilà donc pour nos pérégrinations dans ces merveilleux pays d’Asie où on n’a pas forcément réussi d’aussi belles photos que dans d’autres pays mais où on a passé des moments fabuleux, sans galères et sans mauvaises surprises.

Quant à la photo mystère ci-dessous : il fallait reconnaître le groin d’un cochon enfermé dans ce sac pour le transporter. Bravo à Lydie et à Géraldine qui peuvent venir se faire payer l’apéro quand elles veulent avec tout de même la remarque que seules des femmes reconnaissent les cochons cachés.

 

Commenter cet article

Angeline 04/05/2017 13:58

j'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo)