Atacama : un désert vraiment désertique

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

San Pedro De Atacama est une douce oasis perdue au milieu du désert. C’est aussi le lieu Atacama-4632.JPGde rencontre de tous les routards post soixante-huitards attardés mais également un endroit vraiment bourge et terriblement onéreux. Les hôtels hors de prix côtoient une multitude d’auberges de jeunesse pour lesquelles il faut déjà avoir les moyens. La seule possibilité d’hébergement “dans nos cordes” qui reste en cette fin de Pâques et qu’on met ¾ d’heure à trouver se situe à 4kms du bourg, perdue dans un maillage de pistes sableuses et poussiéreuses et nous offre pour 125€ une chambre sans éclairages de chevet, une minuscule salle de toilette avec une chasse d’eau qui ne fonctionne pas et sans possibilité de restauration. Mais bon, tant qu’il y aura des pigeons comme nous, pourquoi pas ?

Par contre, San Pedro est un bourg fort chouette et grâce à un 2ème hôtel plus sympa, moins cher et plus proche du centre, même si on a vraiment du mal à le trouver à causeAtacama 4641 de son aspect extérieur du genre “bidonville”, on prendra plaisir à sillonner cette petite ville pendant 3 jours.

Autour, c’est vraiment le désert et on le constatera bien au cours de nos sorties.

Déjà à côté de la ville, il y a 2 vallées, celle de la mort et celle de la lune (je ne vous le fais pas en espagnol, mon P1030398accent est mauvais). On a commencé par celle de la mort où je voulais absolument garder les clés de l’automobile et une bouteille d’eau, connaissant bien l’esprit retors de Claire qui sait fort bien que je bois plus qu’elle. On en est finalement revenu après avoir découvert des paysages écrasés de soleil avec des couleurs presque aussi belles que celles des carrières d’ocre de Roussillon mais pas tout à fait quand même. Pour celle de la lune, on n’avait déjà pas choisi la bonne entrée Atacama 4435car, en commençant la piste qui y menait, le départ d’une course d’enduro se préparait mais la guardia nous a quand même fait passer avant et c’est au bout de 4 kms de piste qu’on a trouvé barrière close. Demi tour donc, on n’était pas les seuls et en arrivant au début, le départ de la course était donné, ce qui nous a fait attendre 1h sous le soleil avant de repartir. On a quand même trouvé une entrée ouverte et c’est vraiment Atacama 4467immense, avec des érosions différentes qui donnent des formes bizarres ou d’immenses dunes de sable. On l’a sillonnée en compagnie de 2 flamands bien rouges (deAtacama 4465s belges bien Atacama 4452sûr pas des oiseaux) et on s’est bien régalés.

On est descendu aussi un peu au sud, au milieu des salars, dans le parc national des flamants roses pour y trouver … des flamants roses bien sûr au milieu de lagunes peu profondes et hyper salées, lagunes qui sont issues d’eau venant des montagnes qui se charge en sel sur son parcours P1030410et s’évapore en laissant le sel. Ça fait une surface irréelle sur laquelle le bleu de l’eau et le blanc du sel au milieu des roches volcaniques marron rejoignent le découpage des montagnes au loin en rivalisant avec le bleu profond du ciel dans une luminosité impossible à soutenir sansAtacama 4509 lunettes teintées sous le soleil implacable. Et les flamants roses ? Qu’est-ce qu’ils peuvent bien trouver au milieu de tout ça si ce n’est des coups de soleil ? Eh bien, dans cette eau issue de sources souterraines vit en grand nombre un minuscule crustacé qu’ils adorent, tout simplement. Et des flamants, il y en a de 3 variétés ici, avec différentes options pour le bec, le plumage et même les genoux. Je ne vous ferai pas la description de chacun ayant été incapable de les différencier malgré des explications d’uneAtacama 4484 gardienne du parc je suis sûr de certains trucs, c’est qu’ils sont sacrément beaux, que le Atacama 4525plus grand, c’est celui des Andes, le plus rose, celui du Chili et le plus petit, celui de James (comme ça vous aurez au moins les noms), qu’ils sont également entourés de plein d’autres oiseaux au bec en trompette, les Caitis. On n’a quand même pas fait que mater les oiseaux et les gardiennes du parc parce qu’on (j’) a (ai) pu se (me) baigner dans une de ces lagunes et c’est vraiment étonnant, pareil que la mer morte où je ne suis jamais allé : grâce à laP1030462 salinité de l’eau, on flotte et malgré tous mes efforts pour noyer Claire qui ne nage pas fort bien, impossible ! Je ne vous dis pas la ceinture de plomb pour plonger ici.

A 2h30 de piste au nord de San Pedro il y a aussi un parc géothermique avec des geysers qu’on ne voulait pas manquer. Mais pour ça, il vaut mieux les voir au lever du soleil, moment où leur activité est la plus importante, donc se lever à 4h et partir sur la piste quand il fait encore nuit. Je ne vous raconte pas les Atacama 4579craintes de faire, aux phares, des endroits fort délicats et pas faciles pour des débutants du tout terrain comme nous. Heureusement, on n’était pas vraiment seuls et il nous a suffi de rester dans le train de véhicules assez loin du précédent pour ne pas manger trop de sable. Au final, on arrive 1h trop tôt à attendre dans le noir par -10° ou pas loin que la lumière soit et elle fut pour nous permettre de découvrir un vaste champ de fumerolles et de geysers crachotant jusqu’à ce que le soleil réchauffe tout ça et pouf, le soufflé retombe, il n’y aAtacama 4609 plus que ceux qui bravent le froid pour aller tremper les fesses dans le bassin d’eau chaude et ceux qui les regardent. Ça donne vraiment des images surréalistes mais, à couper le souffle, avec les 4500m d’altitude en plus, également, ce sont les paysages qu’on n’avait pas vus à l’aller et qu’on découvre sur le trajet du retour : encore une belle balade.

On avait repéré aussi des séances d’astronomie en français et, Claire connaissant bien P1030450mon penchant à être dans la lune a voulu me payer cette sortie animée en français. Et quel bonheur que de se retrouver enfin entre français (bof) sous un ciel étoilé avec un astronome haut de gamme et plein d’humour pour nous expliquer et nous faire voir le BA ba de l’astronomie. Les planètes, Cyrius, Orion, la Croix du sud, Betelgeuse , Aldébarran ou les constellations des gémeaux, du lièvre, du chien et du corbeau ou encore les nébuleuses y sont passés assaisonnés avec des commentaires bourrés d’humour. J’avais la tête dans les étoiles dans tous les sens du terme et jeP1030447 pensais à mon cousin (coucou Robert) qui le 1er avait piqué ma curiosité pour les astres et à ma petite sœur (bisous Dothy si tu me lis) qui est toujours un peu dans les nuages.

Atacama 4736Finalement, le désert quand on revient dans son oasis chaque soir, c’est pas mal, d’autant plus que San Pedro nous offrait (ou plutôt nous vendait fort cher) tout le confort qu’on peur espérer à nosAtacama 4472 âges.

La cerise sur le gâteau, c’était ensuite la traversée des Andes en bus de ligne pour quitter le Chili et rejoindre Salta, au nord de l’Argentine. 10h de route, certes, mais au milieu de paysages incroyables et que même les meilleures photos qu’on est incapables de faire P1030521puissent rendre. En plus, on était à l’étage, juste devant le pare brise, ce qui fait qu’on s’est régalé du début jusqu’à 2h avant la fin car, après notre descente des cols à 4700m, dans la vallée du Rio Grande, il faisait noir et il pleuvait un peu.

On doit maintenant récupérer une autre voiture pour sillonner les environs de Salta, mais ça, c’est une autre étape. P1030404

Commenter cet article

clovis simard 11/12/2013 20:26

http://phermaton.overblog.com-SOUS LE SOLEIL DU DÉSERT.

Marianne 27/04/2013 17:28

Bonjour les Brésiliens,
Vous pouvez vous en mettre plein la lampe de soleil, d'émotions, de sensations car ici c'est toujours l'hiver !!!! Il a neigé ce matin dans la Loire, à St Etienne, et on a ressorti les chaussettes
en cachemire !
C'est vraiment un bon remède anti-morosité que de vous lire et de sourire . Bon les photos de paires de fesses ne font pas toutes rêver, mais elles sont drôles ...En tout cas merci, merci du
partage de ce très beau voyage . Marianne M.

Frédérique 07/04/2013 09:10

Fausse manip! je ne sais pas où est passé mon commentaire... donc je reprends! Je vous suis avec beaucoup d'intérêt depuis votre départ. Ces grands espaces font rêver! c'est vraiment superbe! Merci
à vous pour toutes ces découvertes! Ça aide à faire passer la lourde corvée des livrets d'évaluation... bises à vous Frédérique