Buenos Aires 1

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Waouh, Buenos Aires !!!

Buenos-Aires-2334.JPGImpressionnant ! Mégalopole de 13 millions d’habitants, 3 fois Paris pour la taille, ça nous bluffe d’entrée et c’est géant mais au final pas tellement exotique si ce n’est qu’en ce 6 février, croiser l’Argentine dénudée, bras et gambettes à l’air, minisBuenos-Aires-2258.JPG shorts et décolletés vertigineux se baladant sur des semelles compensées et sous un soleil éclatant par 28° à l’ombre, ça, ça le fait !

Buenos-Aires-2344.JPGOn y passe donc 4 jours à arpenter quelques uns des 40 et quelques quartiers avec notre camp de base dans un hôtel pas donné mais bien situé par rapport au centre, à la gare routière, au port des ferries et à l’aéroport des vols intérieurs.

Plutôt adeptes de la marche et des coups de soleil sur le crâne et le nez, on néglige un peu le métro et les bus qui paraissent pourtant offrir un bon maillage de la ville mais on s’offre quand même un bus touristique qui fait le tour de la ville avec des arrêts au choix, des commentaires en français et une impériale pour les coups de soleil, ce qui nous permet d’aller jusqu’à des quaBuenos-Aires-2321.JPGrtiers un peu éloignés et de les sillonner à notre guise.

Malgré la taille de la ville, c’est assez facile de s’y retrouver car les rues sont perpendiculaires, 2 grandes avenues se croisant à peu près au milieu du centre : celleBuenos-Aires-2315.JPG du 9 juillet, la plus large du monde paraît-il et celle de Mai, amenant jusqu’à la place de Mai, où se trouve le palais de la présidente (Kirchner, réélue en 2011) et où se Buenos-Aires-2389.JPGdéroulent toutes les manifestations. Et le peuple argentin, tout comme le SNUipp, semble avoir la manifestation facile : depuis que les mères des opposants à la junte militaire disparus après torture et largBuenos-Aires-2262.JPGage dans l’océan ont cessé de tourner le jeudi, c’est le tour des vétérans des Malouines qui ont établi leur campement sur la place pour revendiquer un peu plus de reconnaissance et Claire s’empresse de soutenir le mouvement. Je crains même un moment qu’elle ne propose de camper avec eux.

Comme toutes les grandes villes, elle est multiple, diverse et vivante. On nous prévient tout de même assez souvent de l’insécurité au niveau des vols, avec risques d’agression même dans certains quartiers mais vous connaissez Claire, rien ne peut l’arrêter quand il s’agit de satisfaire sa curiosité. 

Le premier jour, comme des chats reconnaissant leur nouveau territoire,Buenos-Aires-2305.JPG on s’éloigne peu : du quartier de Retiro où on gîte, on va dans le quartier du centre, San Nicolas, faisons une courte incursion dans San Cristobal pour aller jusqu’au palais des congrès (assemblée nationale et sénat à la fois), longeons l’avenue du 9 juillet pour visiter le superbe théâtre Colon et revenons en faisant une boucle parce qu’on s’est plantés, ne sachant pas encore trouver les noms des rues.

Le lendemain on se lâche : on prend des billets pour le bus touristique qui sillonne les principaux quartiers touristiques en offrant 24 arrêts sur son trajet. C’est ainsi qu’on va vers le quartier de Buenos-Aires-2347.JPGPalermo, assez vert, plutôt chicos et avec champ de course, parcs agrémentés d’œuvres d’art, joli comme tout. On s’arrête ensuite dans Recoleta, quartier bourgeois par excellence, pour visiter “the” cimetière à ne pas rater : ici les concessions coûtent plus cher que ce qu’on pourra gagner pendant notre vie, les monuments sont familiaux et les cercueils sont empilés dans des chapelles au fur et à mesure des décès. Fondant d’émotion, on va voir le monument de la famille Duarte où est enterrée Evita Peron, morte jeune et grande bienfaitrice du peuple, personnage aimé de tous malgré son mari bel exemple de dictateur socialo-nazi qui, tout en mettant en place des mesures sociales importantes, a accueilli tous les nazis en fuite après la guerre.Buenos-Aires-2394.JPG

Le 3ème jour, on opte pour deux extrêmes : on traverse d’abord le quartier de San Telmo bâti de vieilles demeures coloniales, parfois en ruines ou reconverties en auberges de la jeunesse, quartier calme et proche du centre qui fera sans doute bientôt les beaux jours des promoteurs pour entrer ensuite dans le quartier de La Boca. C’est le quartier populaire de la ville, né de l’activité portuaire Buenos-Aires-2410.JPGdont l’intérêt touristique réside dans la symphonie de couleurs de ses habitations. Ces couleurs sont apparues par besoin pour les habitants de rafistoler leurs cabanes de bois et de tôle en utilisant les restes de peinture pour les bateaux, ils avaient fait du quartier un véritable arc en ciel et cet engouement a ensuite été entretenu pour des raisons sociales à coup de fresques murales puis pour des raisons touristiques. Il y a donc dans ce quartier un endroit particulièrement couru :Buenos-Aires-2431.JPG Caminito mais pour y parvenir, il faut traverser le quartier qui est vraiment populaire avec tout le folklore que ça comporte mais aussi avec toutes les envies qu’on peut susciter. Le faire à pied est considéré comme assez risqué et tout le monde nous le signale mais allez donc raisonner Claire là-dessus … mais ça, c’est une autre histoire.

Commenter cet article

Christian 10/02/2013 16:26

Dans le premier paragraphe, j'ai beaucoup de mal à imaginer...T'aurais pu joindre quelques photos!!!!