L’Argentine : quelques remarques générales

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

L’argentin, comme je l’ai déjà dit a un énorme défaut : il parle espagnol et, souvent, seulement cette langue mais par contre, en général, il est fort courtois et prêt à rendre service, aimable et souvent disponible avec les touristes …. Sauf que, pour les anglais, on ne sait pas bien car on ne n’est pas britanniques et on n’en a pas vArgentine--generalites-2911.JPGus beaucoup.

Pourquoi ? Mais, les Malvinas, Malouines, Falkland bien sûr. Et pour cette guerre Thatchérienne de 82, les argentins vouent un culte tout particulier à leurs héros et présentent les opérations militaires menées souvent à leur avantage.

Ils ont aussi un compte à régler avec leur passé pas forcément très net vis-à-vis des indiens qui ont été massacrés au moment de l’occupation de la Patagonie. On n’en parle que très peu, tout comme des nazis qui ont été accueillis à bras ouverts par Peron après la guerre.

Argentine--generalites-2266.JPGLa fille argentine n’a pas forcément de distinction raciale mais elle est souvent petite et sexy et, en ville, aime bien se percher sur des semelles compensées immenses. On peut en voir beaucoup de boulottes, voire même dodues et parfois, mais là ça concerne les deux sexes, on a l’impression de rencontrer beaucoup d’obèses. Peu de légumes verts, beaucoup de patates et de viandes grasses … bonjour le cholestérol. Pourtant, qu’est-ce qu’on mange bien. Par contre, pour tordre le cou à uneArgentine--generalites-3138.JPG idée reçue, la vie pouP1020765.JPGr les touristes y est fort chère malgré la valeur de l’€uro par rapport au peso (1€=0,15$ar) ; l’hôtellerie particulièrement, il faut compter 50€ pour la moindre chambre en auberge de jeunesse, alors les hôtels …Argentine--generalites-2972.JPG

L’argentin aime le foot et surtout Maradona mais il voue un culte particulier pour les bagnoles,Argentine--generalites-2977.JPG surtout quand elles font beaucoup de bruit dedans et dehors mais on peut fort bien voir rouler des épaves que des Argentine--generalites-3048.JPGénormes 4X4 justifiés dans les régions accidentées. Beaucoup de Peugeot tout de même, peut-être pour sauver nos emplois ? et une habitude curieuse, on en voit beaucoup avec un ruban rouge qui pendouille à l’arrière par superstition, pour conjurer les accidents … je ne sais pas si ça marche !

A propos de rouge, on voit aussi, au bord des routes, des espèces de mausolées comme chez nous après un accident mortel sauf que là, c’est une petite cabane avec, semble-t-il des offrandes. Et là, j’adore, parce qu’on peut y trouver du pinard ou Argentine--generalites-2984.JPGdes clopes … trop fort de gâter ses morts avec des produits mortels !!

Celui-ci est tout de même un peu particulier puisqu’il est en l’honneur d’un voleur, Gil Gauchito, espèce de Robin des Bois vénéré qui volait les riches pour redonner aux pauvres.

Les animaux de compagnie, c'est-à-dire les chiens sont légions sauf que dans la capitale, les toutous nantis d’un maître nanti ont “leur” promeneur alors qu’au fin fond deArgentine--generalites-2280.JPG la campagne le cabot se promène tout seul où il veut et même, si, si on l’a vécu, il se choisit un maître par intérim et le suit pour aller faire une balade en lui collant aux basques. Claire n’a d’ailleurs pas trop apprécié, un soir en rentrant à l’hôtel dans le noir d’être suivie aArgentine--generalites-2970.JPGinsi par une meute de pauvres bêtes qui ne demandaient qu’un peu d’affection.

C’est sans doute à cause de ces chiens que les poubelles sont impitoyablement emprisonnées et je ne sais pas s’il existeP1020598 un mouvement de libération des poubelles.

La vie est totalement différente à Buenos Aires et sa région qui concentre la moitié de la population que dans le reste du pays aux terres plus inhospitalières. Dans la capitale on pourrait se croire à Paris mais dans l’immensité de la Patagonie, chaque présence est remarquée … peut-être comme dans le Berry il y a 50 ans ? Une politique de peuplement des terres a été menée pour qu’elles soient occupées et donc reviennent à l’Argentine au détriment du Chili au moment de la définition des frontières. D’où une population faite de migrants italiens, gallois … ce qui fait qu’on ne différencie pas facilement l’argentin de l’étranger mais par contre, le touriste se reconnaît aisément au chapeau, lunettes de soleil et au sac à dos serré devant.

 

Commenter cet article

valerie 04/03/2013 11:41

Quel bonheur de vous lire et vous voir...!!! Quel désespoir aussi de ne pas être dans vos bagages pour voir, sentir et apprécier ce continent !!!
profitez bien !

Avec du retard, mais vieux motard que jamais !!! Bon anniversaire Gilles !

Bises