Le centre du Chili : Santiago et Valparaiso

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Santiago la grande et douce Santiago--Valparaiso 3852

Grande ville moderne et vivante, Santiago n’en est pas moins chaleureuse, surtout lorsque la météo est favorable. Et il fait beau lorsqu’on arrive ce qui fait qu’on peut aller Santiago--Valparaiso 3830manger une pizza en terrasse sur la place d’armes pleine de monde, de musiciens, d’acteurs de rue, de prédicateurs,Santiago--Valparaiso 3837-copie-1 d’harangueurs, de mimes … tout ça dans une sacré cacophonie. Du coup on tombe un peu sous le charme et en faisant nos comptes de jours, on se dit qu’une journée en plus ici ce ne sera peut-être pas mal, plus 3 nuits à Valparaiso, le compte est bon. Si on ne fait que ça, la voiture de location qu’on doit avoir jusqu’à notre départ vers l’île de Pâques est bien superflue, voire même inutile mais comme elle est déjà payée, elle nous servira au moins pour l’aller-retour à Valparaiso.

Le lendemain c’est dimanche et on se balade dans des rues tranquilles avec seulement une animation de promotion pour une vie saine et active … et y a du boulot en la matière Santiago--Valparaiso 3842car on a constaté encore cette fois que beaucoup de jeunes chiliens paraissent en sur poids, voire même obèses. On fait à pied une bonne partie du centre ville avec ses centres d’intérêt, passant devant la Moneda, palais où Allende s’est suicidé en Santiago--Valparaiso 3984réponse au coup d’état de Pinochet, entrant même dans la cathédrale où se tient une messe en l’honneur du nouveau pape François. On passe aussi par le marché couvert, on prend notre pique nique dans le parc autour de l’ancien site d’où est née la ville en hauteur, la colline de Santa Lucia, bref, on se la coule douce, d’autant plus que la ville est rudement calme.

A l’occasion de notre 2ème tour dans la ville, on grimpe à 300m au dessus, sur la colline Santiago--Valparaiso 3993San Cristobal coiffée de la vierge, bien sûr, et là, on y découvre non seulement l’immensité de la ville mais aussi la chape de pollution qui règne au-dessus. Au pied de ce belvédère, on peut se balader dans le quartier un peu bohème BCBG de Bellavista où se trouve la maison citadine de Neruda auprès de laquelle règne une ambiance bien particulière.

Grande ville trépidante, Santiago nous effrayait un peu et nous a tout de même fait peur pour la conduite mais au final, elle est tout de même fort plaisante avec beaucoup de vie.

 

Santiago--Valparaiso 3854Valparaiso, grandeur, décadence, renouveau et couleurs

Santiago--Valparaiso 3974Pas facile d’accès en voiture, surtout avec un plan aussi peu précis que le nôtre, la ville aux 45 collines nous offre de prime abord en voiture de belles craintes avec ses grandes avenues sur lesquelles on est poussés par les autres ou ses petites rues à pic et à sens unique. Heureusement qu’on est dimanche et que c’est un peu ralenti parce que les chiliens au volant sont peu tolérants et ont le klaxon impatient. Avec beaucoup de chance et d’aide on parvient finalement à notre auberge, la maison de la mer, où on remise sans regrets notre automobile au garage pour la durée de notre séjour. P1030139

Bernard, notre hôte de l’auberge, français d’origine, nous accueille par une question test en nous montrant une photo du Mt St Michel nous demandant si on sait ce que c’est et dans quelle région ça se trouve. Ouf ! Bonne réponse de ma part avant que Claire ne dise que c’était la tour Eiffel de Paris sinon j’ai l’impression qu’on était virés parce Nanard est, p’t’ête ben qu’oui, normand, né du cid’à la cave et rudement autoritaire : il nous fait d’ores et déjà notre programme de visite de la ville. Ceci dit, c’est quand même rudement bien quelqu’un qui peut nous renseigner et nous aider plutôt que de tâtonner et d’y aller à l’aveuglette. P1030081

Nous voilà donc partis en ville pour y découvrir, des yeux grand ouverts comme des soucoupes, un univers qui correspond tout à fait au clicSantiago--Valparaiso 3980hé attendu : un port important où ne règne sans doute plus une activité commerciale aussi importante qu’avant l’ouverture du canal de Panama mais bien vivant avec toutes les petites embarcations qui permettent aux touristes d’être baladés dans la baie et une ville multicolore, brillante sous le soleil, vivante et vibrante de toutes ses artères. Certes, à sillonner des quartiers complètement laissés pour compte Santiago--Valparaiso 3903-copie-1avec les anciens bâtiments en ruine, on se rend bien compte qu’il y a eu une vie plus prestigieuse mais on sent aussi une volonté optimiste à travers toutes les peintures murales et les tags qui ornent les maisons les plus simples. Les “ascenseurs” qui sont encore en état de fonctionner nous conduisent sur quelques unes des différentes collines, chacune avec saSantiago--Valparaiso 3880 propre personnalité, où on peut découvrir plein de richesses.

Dans nos balades, on croise les écoliers en uniforme à leur sortie de l’école, on nous salueSantiago--Valparaiso 3909 volontiers, on nous aide souvent et naturellement dans nos recherches et même si à maintes reprises, on a été prévenus de faireSantiago--Valparaiso 3912 attention aux voleurs possibles (surtout dans le centre historique d’ailleurs, classé au patrimoine mondial), on ne s’est jamais vraiment sentis en insécurité.

Une seule ligne de train-métro nous permet Santiago--Valparaiso-3941.JPGd’aller jusqu’à un petit port où des pêcheurs rapportent dans leurs petites embarcations unSantiago--Valparaiso 3946 peu de poissons immédiatement préparé avec dextérité et vendu sur place. Lions de mer, pélicans et mouettes attendent leur tour à côté pour faire le nettoyage.

Santiago--Valparaiso 3931Santiago--Valparaiso 3926Toutes ces douces promenades associées à un accueilSantiago--Valparaiso 3975 simple mais des plus sympathiques nous ont fourni une parenthèse bien agréable qu’on referme avec un petit pincement au cœur. Santiago--Valparaiso 3973

Commenter cet article

christian 26/03/2013 17:13

Belle lumière, belles couleurs...!! profitez en bien car pour nous c'est toujours la grisaille d'un hiver qui joue les prolongations ! Merci de nous transmettre des impulsions positives...Au fait,
la maison bleue sur la colline, c'est pas à SF ?