Mendoza, la source à pinard de l’Argentine

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Mendoza 3676Il nous fallait donc quitter Bariloche, les jolies balades qu’on avait pu y faire, ses Mendoza 3724chocolats qui nous avaient faMendoza 3725its saliver mais déçus après y avoir goûté, ses Saint Bernard qui veulent absolument être pris en photo avec les touristes et Claire qui a bien voulu me faire Mendoza 3703“la p’tite sirène” sur le lac mais habillée .. malheureusement.  On devait remonter encore un peu vers le nord : au même niveau que Santiago au Chili, dans le réservoir à vin de l’Argentine, le bordelais de l’Amérique latine, la région de Mendoza.

Grande ville du pays, Mendoza nous a fait une belle impression le soir de notre arrivée : il faisait doux au point de manger à 10h du soir en terrasse, c’était calme et on n’y croisait même pas la faune Mendoza 3729habituelle des grandes villes la nuit : seulement une tablée de mecs qui faisaient un peu mafia, des laveurs de bagnoles et des ramasseurs de poubelles qui couraient à côté du camion ; on se sentait bien.

Au réveil le lendemain, c’était déjà une autre histoire : il faisait gris et beaucoup plus frais, on se rendait compte que l’hôtel où on avait passé la nuit ne nous plaisait pas trop, un peu trop chicos pour nous, à l’exemple de ce produit de luxe français vendu avec le mini bar et d’ailleurs il était complet pour les jours à venir. On choisissait alors de réserver un hôtel assez proche (pour le centre ville), plus simple par “booking.com”, ce qu’on avait fait déjà plusieurs fois mais là, au moment de finir la transaction, la carte bleue (heureusement, c’était celle de Claire) était débitée de la somme des 3 nuits sans qu’on reçoive de mail de confirmation. Panique à bord, on cavale jusqu’à l’hôtel et, croyez-moi, cavaler avec un sac sur le dos et un devant, c’est pas facile, pour, à notre arrivée, s’entendre dire qu’il n’y avait rien ! et ce n’est qu’au bout d’une vingtaine de minutes que la réservation est enfin arrivée, juste au même moment que le sourire de Claire. On pouvait enfin découvrir que ce qu’on croyait être une chambre était en fait une suite avec coin cuisine en plus. Pour moins cher que l’hôtel précédent, on allait pouvoir faire des économies en cuisinant mais, pas facile au bout de 6 semaines sans courses, vaisselle ou avoir allumé une cuisinière de savoir comment ça marche tout ça !Mendoza 3766

On pouvait quand même, le cœur léger, aller vaquer en ville et voir cette cité richement arborée en protection des secousses sismiques mais après avoir découvert la seule voie piétonne et les 5 grandes places, jolies,Mendoza 3768 certes, surtout celle d’Espagne, mais pas forcément dégageant l’enthousiasme, on était encore sceptiques en attendant de découvrir le vignoble alentour.Mendoza 3774

Commenter cet article