Si tu vas à Rio …

Publié le par claireetgilles.over-blog.com

Rio 5224Tou tou tououou tou tou tou louou … nous voilà donc installés depuis une semaine sur les airs de sambas qui ne résonnent même plus car c’est le blues after carnavalesque qui sévit ici. C'est-à-dire qu’il ne fait plus aussi chaud et que ce n’est plus aussi fiévreux mais ça n’en demeure pas moins toute une ambiance.

Rio 5244Immense ville de 6 millions de “cariocas”, entourant et escaladant une multitude de collines et au bord d’une baie éblouissante, Rio est une ville bruyante, métissée, sans complexes qu’on adopte rapidement et où tout contribue à opter pour l’indolence qui semble y régner.

P1030824Pour se déplacer dans cette immensité, il existe un bonRio 5255 réseau de bus urbains pas chers du tout mais c’est un véritable casse tête à comprendre (il n’y a pas de plans des lignes) et un véritable sport à prendre, à tel point qu’à chaque fois qu’on voulait le prendre, Claire voulait faire appel à Indiana Jones pour nous aider. Il faut déjà trouver le bon numéro de bus et le bon arrêt où on peut le prendre et c’est souvent au hasard pour nous ; ensuite, en le repérant de loin dans la circulation, il faut lui faire signe de s’arrêter, ce qu’il fait en général 10m plus loin et c’est là où ça se complique car, à peine sommes-nous montés qu’il démarre en trombe nous propulsant vers l’arrière où un tourniquet nous bloque. Là, un(e) agent(e) pas souriant(e) nous fait un signe qui veut dire “amène le pognon”, pognon qu’on essaie de donner avant le 1er feu rouge qui nous renverra vers le Rio 5262pare brise ; si on y parvient, on a droit à un 2ème signe qui signifie “vas-y, passe” et là,Rio 5254 faut profiter d’une accélération pour passer le tourniquet tellement étroit qu’il faut tenir son moindre sac au dessus de la tête et pour les femmes relever la poitrine au niveau des épaules. Tout ça dans les freinages, accélérations et changements de files, inutile de préciser qu’on a déjà oublié notre destination. Il y a aussi le métro qu’est pas vraiment chouchou des habitants parce qu’il n’y a que 2 lignes et qu’elles sont en travaux ce qui fait que des stations fermées nous ont contraints à passer quelques temps dans les rames pour un seul déplacement. Des travaux à Rio, il y en a d’ailleurs à tous les coins de rues en ce moment sans doute à cause de la coupe du monde du sport qui rend idiot en 2014 et aussi en prévision des jeux olympiques de 2016 ?

Rio 5270P1030789Pas de soucis de mode ici, mini short, débardeur décolleté jusqu’au nombril ou haut de maillot de bain et tongs, voilà la tenue à garder. Le culte du corps est visible partout et sous toutes ses formes : salles de gym derrière des vitrines, maillots minimalistes sur les plages, tatouages, multitude de sports pratiqués sur celles-ci, engins de musculation à disposition et le front de mer libéré de toute circulation le dimanche envahi par Rio 5268joggers, skaters, cyclistes, marcheurs, patineurs, hommes ou femmes, gros ou minces, musclés ou pas, adultes et enfants : c’est l’endroit où on bouge en se montrant.

Le studio qu’on avait réservé est au 4ème étage auP1030747 dessus d’un carrefour fort bruyant à toute heure du jour et de la nuit, avec une cuisine minuscule sans eau chaude mais à une centaine de mètres du fort de Copacabana, frontière entre la plage du même nom, longue de 7kms et celles d’Ipanema et Leblon, 6kms, et ici la plage occupe une place importante dans la vie des cariocas car ils aiment bien se montrer, se mettre en scène.Rio 5153 Ainsi, ces plages, bP1030834ordées par une avenue de 2X4 voies et d’immeubles pas forcément jolis sont le théâtre de toute une vie particulière où certains exhibent leurs corps sculptés en déambulant ou en pratiquant foot-volley, jeux de raquettes, volley, surf et foot bien sûr en rivalisant de prouesses alors que d’autres vautrent leurP1030837s rondeurs et leur graisse sans complexe sous les caresses du soleil qui peut aussi mordre sévèrement les peaux blanches. P1030781On cèdera facilement à cette douceur de vivre mais sans oser trop nous montrer quand même. Par contre, c’est vraiment l’endroit privilégié pour faire de la photo de lard.

Même si les cariocas vivent pleinement leurs plages, la villeP1030843c n’est pas faite que de ça et, malgré la circulation tonitruante et la foule sur les trottoirs, on prendra beaucoup de P1030782plaisir à déambuler dans certains quartiers. La pauvreté est sensible tout de même un peu partout, d’autant plus que les favellas, entassements de baraques à flanc de colline, sans commodités, sans plans reconnus se forment au bord de chaque quartier. La plus grande de Rio aurait plus de 100 000 habitants et il n’est pas forcément conseillé d’aller y traîner ses abattis.

On sacrifie aux visites incontournables à savoir le Christ en hautRio 5186 du Corcovado qui, dit-on, écarte les bras, prêt à applaudir quand les Cariocas se mettront au travail et où on ne fait pas la photo presqu’obligatoire sur laquelle l’un de nous écarterait les bras comme lui. Avant de lui rendre visite, on a traversé le parc de Rio 5161Tijuca, grande forêt, 20km2 d’arbres, de sentiers, de cascades, véritable lieu de calme et de fraîcheur en ville.

L’autre point de vue où on monte en téléphérique, c’est le pain de suRio-5175-copie-1.JPGcre bien sûr, rocher de 217m au dessus de la mer qui offre une vue imprenable (à cause des brumes de chaleur et de pollution) sur la ville, les plages, les ports et la baie.

Plusieurs endroits du centre sont encore chargés du passé colonial portugais avec d’anciennes résidences parfois bien délabrées qui côtoient les immeubles modernes. On y P1030803découvre des lieux insolites tel cet escalier décoré de faïences venues des 4 coins du globe par l’artiste Selaron ou la cathédrale en forme de pyramide.  Partout on a l’impression que le rapport au temps n’est pas le même ici que chez nous avec des attentes, que ce soit pour faire ses courses au supermarché, traverser une rue, les administrations, chacun se montre bien plus patient et tolérant qu’on ne le serait dans notreP1030755 vie de tous les jours. Les relations sont à cette image, chaleureuses, en prenant son temps comme cet agent de voyage, pour nous réserver 3 hôtels et une voiture qui a passé 5 heures avec nous, qui a voulu qu’on mange ensemble, qui nous a raccompagnés jusqu’à notre appartement et qui nous a apporté à domicile nos billets de bus le lendemain pour qu’on ne se déplace pas et qu’on profite de la plage. Tout ça en nous P1030816parlant de ses prochaines vacances au Maroc, du surf qu’il aime pratiquer et en nous présentant son papa. On a toujours un peu l’impression de voir de grands enfants qui croquent les bons côtés de la vie à belles dents et en se régalant mais ce n’est sans doute qu’une impression.

On est allés aussi au jardin botanique, c’était un jour férié et il était noir de monde, des familles qui venait passer la journée avec pique nique dans ce bel endroitRio 5288a pour que les enfants s’extasient devant les carpes, les singes en les nourrissant malgré les interdictions.

Ici la plage se vide à partir de 16h et il fait noir ici à 17h3O, ce qui fait que les soirées Rio 5258asont longues mais, avec l’aide le la caïpirinha (cocktail à base de rhum, surtout, de citron vert et de sucre) et de la douceur des terrasses, le temps passe bien vite dans la lenteur. D’ailleurs, cesRio 5263a 10 jours passés à pas grand’ chose si ce n’est balades, visites, terrasses, bouquins, plage à mater les muscles et tablettes de chocolat pour Claire et, pour moi, à lorgner sur les fesses rebondies et les décolletés vertigineux, on ne P1030785-copie-1.JPGles a pas vus passer.

Pour la suite, on a finalement décidé d’aller d’abord sur la côte un peu au sud, Paraty puis sur Ilha Grande, tout ça en bus et ensuite, avec une automobile de location, un peu au nord, Buzios et enfin, l’intérieur des terres, région coloniale des mines, le Minas Geraï.

Commenter cet article

circuit bresil 21/06/2013 14:57

un post fort sympathique avec un peu d'humour (cf photos de fesses plus ou moins belles :D) , c'est une bonne vision de Rio! :D

marie claude 02/05/2013 21:20

Bon ... Je vois que Gilles s'est bien régalé ! C'est pratique de jouer les photographes pour mieux mater avec son gros zoom ! Claire a-t-elle joué " the girl from Ipanema" en privé ( et en string )
? En tout cas les photos sont superbes et les textes toujours un régal ! Bisous à vous deux.

clavre jp 26/04/2013 15:48

Que de belles photos !!!! Mais toujours avec le même angle !
A moins que Gilles garde d'autres prises de vue pour des projections privées ;-)